Paradis de la Gambie et du Sénégal

Passion, culture et paysages au côté de la population locale 

Point de départ : ZIGUINCHOR

A l’extrémité sud-ouest du pays s’étend la Région Naturelle de la Casamance, isolée du reste du territoire national par la République de Gambie qui constitue une enclave à l’intérieur du Sénégal. Verte Casamance, Grenier du Sénégal ou encore Pays Diola sont quelques uns des noms attribués à  ce territoire tropical arrosée par le fleuve Casamance qui le traverse d’ouest en est. La majeure partie des ethnies du Sénégal sont de la Casamance, un territoire dont l’accès aussi bien par voie terrestre, maritime ou aérienne offre un panorama de paysages spectaculaires qui promettent déjà au visiteur un séjour inoubliable dans cet éden qu’est la Casamance. Des cultures authentiques, des paysages idylliques, des plages dignes de poster, un peuple immensément aimable et hospitalier… tout un ensemble qui garantie une expérience unique qui mérite le voyage. Capitale de la Casamance, Ziguinchor la ville au passé colonial omniprésent et à la position stratégique, est le point de départ de notre suggestion de circuit.

que_visitar_senegal

INFORMATIONS A PRENDRE EN COMPTE

Il est recommandé des vêtements et des chaussures adéquats pour ce circuit. Prévoir un ciré de juin à septembre, quelques fois à octobre, car les pluies diluviennes sont assez fréquentes en ces mois. Il est fondamental de voyager avec une lampe torche car beaucoup de villages ne sont pas électrifiés, même si la plupart des campements et structures d’hébergement disposent de plaques solaires ou de générateurs. En saison des pluies le mauvais temps peut provoquer des coupures d’électricité. Il est également recommandé pour toute visite au Sénégal un vaccin contre la fièvre jaune et une prophylaxie contre la malaria. Les insectifuges contre les moustiques sont conseillés ainsi que les habits longs au coucher du soleil et pendant la nuit. Il faut également se munir de crèmes solaires en prévision des journées trop ensoleillées.

 1.     ZIGUINCHOR – SELEKY

Aller en Casamance en bateau confère sans doute au voyage une touche spéciale. Plus qu’un simple voyage, le circuit nocturne prend les allures d’une croisière à partir de l’embouchure du fleuve Casamance jusqu’au port de Ziguinchor, un trajet spectaculaire de 60 km à travers la mangrove. Le bateau arrive à l’embouchure à l’aube, accueilli par les dauphins qui gratifient aux voyageurs d’un beau spectacle en les accompagnant, pendant que sur les rives, l’on assiste au défilé des îles et villages côtiers bordés de palmiers. Vous pouvez prendre votre petit déjeuner avant d’arriver à destination. Une fois à Ziguinchor, capitale de la Casamance, en direction du village mythique et traditionnel de Séléky, situé à 23 km. Niché dans une forêt, entre baobabs et fromagers, rizières et bolons, Séléky est un village animiste, capitale culturelle du terroir appelé Moff Avvi. La visite du village vous permettra de découvrir ses quartiers authentiques, les infrastructures communautaires, la très ancienne case traditionnelle à impluvium à l’architecture haut de gamme adaptée à l’environnement et aux réalités, et qui a donné aux Diola, l’ethnie locale, cette réputation d’être les plus grands architectes d’Afrique Noire.

Ruta por La Casamance

 2.     SELEKY

Séléky mérite au minimum une journée de visite, tourisme slow afin de s’imprégner des réalités de la population locale. Ici les activités sont légion comme par exemple l’excursion à la célèbre île d’Eloubaline, ou les sorties en brousse de l’autre côté du bolon en traversant un pont en bois. Cette excursion peut se faire en compagnie des récolteurs de vin de palme pour découvrir ce mode traditionnel millénaire de recueillir la sève de palmier, qui fermentée, donne un vin très apprécié par les autochtones. Sur le chemin de retour, on peut visiter l’une des plus belles cases à impluvium avec son impressionnant système pour recueillir l’eau de pluie. Avant de retourner au campement, visite du poulailler de l’Association locale des Femmes, financé par un projet de tourisme responsable dans la zone. Il y a entre autres activités la possibilité d’aider au semis ou à la récolte du riz, la culture dominante en Basse Casamance.

3.     SELEKY – MLOMP – CACHOUANE

Départ en pirogue à rames à travers les bolons jusqu’au village de Djiromaïte (2 heures environ en fonction de la marée), d’où nous rallierons par la route le village de pêcheurs d’Elinkine. Sur notre chemin, nous pouvons visiter le village de Mlomp avec son musée traditionnel et son baobab sacré. Connu pour être un grand village de traditions ancestrales, Mlomp est entrain de se faire une réputation dans le monde touristique grâce notamment à ses majestueux fromagers et à ses maisons à étages en terre crue, une initiative d’un natif du village (ancien combattant de l’armée française) qui, de retour de la II Guerre Mondiale, décida de reproduire chez lui le modèle d’habitat européen, tout en utilisant du matériel local. Non loin de là, le musée traditionnel Diola dévoile la face cachée, intime et originale de l’univers paysan, du traditionalisme et de l’animisme en pays Kassa (Diola de la zone). Trois fromagers hallucinants dominent le Hutendukay, place publique qui donna son nom au musée. Une fois à Elinkine, il faudrait prendre une pirogue pour rallier Cachouane, une petite île qui vous séduira de par sa beauté.

4.     CACHOUANE – CARABANE – CACHOUANE

Excursion en pirogue en direction de Carabane, l’île la plus célèbre de la Casamance, située à l’embouchure du fleuve. Sa position stratégique fit de cette île un important comptoir commercial, devenant ainsi la première capitale de la Casamance à partir de 1836, lorsqu’elle fut cédée à la France par le roi de Cagnoute (village situé à mi-chemin entre Mlomp et Elinkine). Quelques vestiges gardent encore le souvenir de l’occupation de cette île par les français, à l’image de la mission catholique qui abrite aujourd’hui l’unique hôtel de l’île, ou encore l’ancienne église bretonne qui fut la première de toute la Casamance. De l’autre côté de l’île, se trouvent les cimetières coloniaux auxquels conduit un étroit sentier bordé de cocotiers. L’attraction principale est sans doute la tombe en forme pyramidale du Capitaine Aristide Protet, ancien Gouverneur de la Casamance et par ailleurs fondateur de la ville de Dakar. Il mourut à la suite d’une bataille avec les autochtones au cours de laquelle il reçut une flèche empoisonnée. Il eut alors la chance d’écrire son testament avant de rendre l’âme, dans lequel il mentionna son souhait d’être « enterré debout, face à ses ennemis et au côté de son chien». Après la visite, on peut se restaurer au bord de la belle plage en face du fleuve et profiter  pour se baigner avant de retourner sur Cachouane.

5.     CACHOUANE – DIOUROUATOU – CACHOUANE

D’un commun accord avec le campement, on peut saisir de nombreuses opportunités telles que l’excursion à l’une des îles inhabitées de la zone, pour profiter de toute une journée de piquenique et de contact avec la nature. Diourouatou est en ce sens une option parfaite. On ne peut accéder à cette île perdue dans une forêt de palétuviers qu’en pirogue à rames, sillonnant les bolons, une expérience unique. Au menu du jour: grillage d’huitres de palétuviers, de poissons, etc.

Ruta por La Casamance

6.     CACHOUANE – DIEMBERING

Nous poursuivons notre chemin vers le village de Diembéring situé à 8 km environ. Si vous-vous sentez bien en forme et capable de supporter la charge de votre équipage, l’option la plus recommandable est de faire ce voyage à pied, pour mieux apprécier le paysage. Situé au bord du majestueux Atlantique et bâti sur des dunes de sable fixes, le village de Diembéring niche au milieu d’une magnifique forêt de fromagers gigantesques, entre la frontière Bissau Guinéenne (ancienne colonie portugaise) et l’embouchure du fleuve Casamance. Sillonner les ruelles entremêlées de Diembéring est synonyme de remonter le temps, un voyage dans les siècles passés, qui sans doute vous donnera une idée de comment était le continent africain et comment vivaient ses habitants avant l’arrivée des européens. Diembéring est en effet un village authentique Diola, très enraciné, avec une sous-culture et un dialecte uniques. On peut visiter le village en parcourant ses places publiques où sont gardés les bonbolons (tam-tam téléphoniques), avec la possibilité de connaitre une des Associations locales de Femmes du village. A un kilomètre à peine des maisons, s’étend l’une des plus belles plages d’Afrique occidentale. Attention ! Car vous risquez d’être hypnotisés par les couchers de soleil hallucinants.

Ruta por La Casamance

7.     DIEMBERING

Excursion le matin vers Boucotte Diembéring, le village voisin, pour y visiter le Sangawatt, un musée traditionnel à l’air libre, au milieu d’une forêt de fromagers. Ici les expositions reflètent la vie quotidienne en pays Diola. A quelques encablures de là se trouve l’Eco-parc de Diembéring, un espace protégé d’une superficie de 400 hectares entre Atlantique, forêt primaire, rizières, mangrove et bolons. L’objectif principal de cette initiative est de protéger la riche biodiversité de la faune et flore de la localité.

8.     DIEMBERING – OUSSOUYE

Départ vers Oussouye, une localité située à 40 km environ, cachée dans une forêt primaire exubérante, dominée par de gigantesques fromagers, des palmiers et des manguiers. Il n’est certes pas exagéré d’affirmer qu’Oussouye est la ville la mieux conservée de la localité, et l’une des plus authentiques d’Afrique occidentale. Oussouye revêt encore la beauté des villages africains des siècles passés. Ici, le rythme de la vie est dicté par les traditions sur lesquelles veille le roi, chef religieux et politique. Dans cette localité aux traditions fortement encrées, mais sous l’influence de la modernité, c’est le roi qui règne, malgré la présence du Gouvernement. Une visite à Sa Majesté le roi d’Oussouye ou Man comme on l’appelle vous permettra d’avoir une idée assez nette sur le rôle régulateur que joue ce personnage traditionnel dans une société en pleine mutation. Qui plus est, cette rencontre permettra de se rendre compte du poids de la religion traditionnelle animiste chez les Diola. On peut également visiter plusieurs Associations de Femmes qui élaborent les fruits locaux, qui s’adonnent à la poterie ou à l’artisanat.

9.     OUSSOUYE – ZIGUINCHOR – DAKAR

Départ tôt le matin vers Ziguinchor où nous reprendrons le bateau pour retourner sur Dakar. En fonction de l’heure d’arrivée, on peut faire un tour de ville pour visiter quelques lieux symboliques parmi lesquels le village artisanal, le marché Saint Maure, etc. avant d’aller au port. Ce voyage retour procure les mêmes sensations que celui de l’allée: l’on peur voir alors au loin à partir du bateau les cimes des grands fromagers qui dominent les places publiques des villages où l’on a déjà été. L’arrivée à l’Océan qui coïncide avec le coucher du soleil qui de loin, semble flotter sur les vagues, a aussi son lot de charmes: Carabane, Diogué, Ñikine, Diembéring, les îles Karone (îles du nord ouest de la Casamance)… voilà que le Pays Diola s’éloigne petit à petit alors que la nuit s’installe sur l’Atlantique.

footer_offres_fr